Actualités

L'Usgeres devient l’UDES (union des employeurs de l’économie sociale et solidaire) suite à l’adoption d’une évolution de ses statuts, en Assemblée Générale Extraordinaire, le 24 juin dernier.

L'Usgeres se félicite de sa participation, comme l’an passé, à la Grande conférence sociale pour l’emploi. Elle prendra part aux tables rondes « Mobiliser pour l'emploi et la formation professionnelle » et « Développer les filières et anticiper les emplois de demain ». Elle associera le Synéas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale) à la table ronde sur l’emploi et la formation professionnelle.

L'Usgeres a remis à Michel Sapin, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, ses propositions sur les critères de mesure de la représentativité patronale, lors d’une rencontre au ministère, organisée le 30 mai 2013, dans le cadre de la préparation de la Grande conférence sociale pour l’emploi.

Hugues Vidor, Vice-président de l’Usgeres, en charge du dialogue social, a été nommé membre du Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE) par arrêté du Premier ministre en date du 17 avril 2013. 
 
L’Usgeres se félicite de cette nomination qui doit permettre la prise en compte, au sein du COE, des spécificités de l’économie sociale et solidaire en matière d’emploi. En effet, le secteur se caractérise notamment par : 
  • un poids prépondérant de l’emploi associatif ;
  • des structures majoritairement de petite taille ;
  • une socio-démographie des salariés spécifique : une forte féminisation, des enjeux liés à la gestion des âges (plus d’un salarié sur quatre devrait prendre sa retraite d’ici à 2020), la présence importante de métiers réglementés ;
L’Usgeres, soucieuse des conséquences de certaines dispositions de l’article 8  du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi relatif au temps partiel, a adressé aux députés, le 19 mars et aux sénateurs de la commission des affaires sociales, le 5 avril dernier, des propositions d’amendements. 
 
Les partenaires sociaux signataires de l’ANI de 11 janvier 2013 ont souhaité mettre en place une durée minimale de temps partiel de 24h dans les entreprises. Cette mesure parait légitime dans la période actuelle de crise économique et de tension sur l’emploi. 
 
Pour une prise en compte de la réalité des très petites entreprises.
Les TPE représentent 80 % des entreprises françaises et 20 % des salariés, elles proposent des emplois de proximité non délocalisables et participent activement à la dynamique économique de nos territoires. Leurs réalités entrepreneuriales et sociales sont bien différentes de celles des grandes entreprises. Or, nous constatons, à regret, que de nombreuses dispositions de l’avant-projet de loi sur la sécurisation de l’emploi ne sont pas adaptées aux spécificités de ces structures.
 
En effet, l’avant-projet de loi, globalement fidèle à l’ANI du 11 janvier 2013 n’a pas pallié le défaut de représentation réelle des TPE et de leurs intérêts dans la négociation interprofessionnelle. 
Alain Cordesse, Président de l'Usgeres et Jean-Patrick Gille, Président de l'UNML signent le protocole de coopération le 29 janvier 2013
L’Usgeres a signé, le 29 janvier 2013, un protocole de coopération avec l’Union Nationale des Missions Locales (UNML) à l’occasion d’une matinée dédiée à l’emploi dans l’ESS organisée à Bercy par Benoît Hamon, Ministre délégué en charge de l’Economie sociale et solidaire et de la consommation.
 
L’objectif de ce protocole est de favoriser le développement de l’emploi des jeunes dans l’économie sociale et solidaire en sensibilisant et mobilisant les employeurs, en développant la visibilité et l’attractivité du secteur auprès des jeunes et en travaillant à l’amélioration du processus d’intermédiation entre jeunes et employeurs et aux conditions d’une insertion professionnelle réussie.
 

Pages

Subscribe to RSS - Actualités