Actualités

Alors que la négociation sur la réforme de la formation professionnelle achoppe sur la question du financement de la formation des salariés, l’UDES défend un haut niveau de contribution au plan de formation et la mutualisation des fonds au profit des TPE-PME.
 
Pour les TPE-PME, l’obligation légale au titre du plan formation est une véritable « assurance formation » nécessaire dans un contexte économique défavorable. 

L’UDES a été reçue par le Premier ministre, accompagné de cinq ministres (Michel Sapin, Marisol Touraine, Marylise Lebranchu, Bernard Cazeneuve et Benoît Hamon), mardi 26 novembre, à Matignon,  dans le cadre de la concertation engagée avec les partenaires sociaux sur la réforme fiscale et la compétitivité des entreprises. L’UDES se félicite de l’esprit collaboratif et constructif de cette rencontre. Elle a permis de poser les axes de travail et la méthode avec la volonté exprimée par le Premier ministre de mettre en débat des sujets aussi importants que le financement de la protection sociale, la fiscalité des entreprises et des ménages. 

Alors que va s’ouvrir au Sénat l’examen du projet de loi relatif à l’Economie sociale et solidaire, l’UDES affirme son soutien au texte qui propose de nombreuses mesures pour le développement de l’économie sociale et solidaire en France, tant au niveau national que dans les territoires, et dont l’aboutissement contribuera fortement à la reconnaissance de ses acteurs et de ses employeurs.
 
L’article 1 du projet de loi est particulièrement important car il propose une définition du périmètre de l’économie sociale et solidaire et de ses spécificités. Il s’agit d’un pas décisif pour la reconnaissance des principes des entreprises du secteur dans l’ensemble des dispositions du droit commun.

Le Directeur Général du Travail, Jean Denis Combrexelle a remis au ministre du Travail son rapport sur la réforme de la représentativité patronale suite à la mission qui lui avait été confiée par le Premier ministre à l’issue de la grande conférence sociale du mois de juin dernier. L’UDES, qui a été auditionnée dans ce cadre, salue des propositions pragmatiques et réalistes qui sont susceptibles de renforcer le dialogue social à tous les niveaux et de contribuer à la clarification du paysage patronal dans ce pays.

À l’occasion du Bureau de l’UDES du 15 octobre dernier, les membres de l’Union ont nommé le Secrétaire général, le Trésorier ainsi que 3 vice-présidents en charge de l’emploi et du dialogue social, de la formation professionnelle et des régions. Le Président Alain Cordesse avait été élu lors du Conseil d’administration du 5 septembre dernier et Sébastien Darrigrand confirmé en tant que Délégué général de l’Union.
 
Les responsabilités s’organisent comme suit :
  • Secrétaire général : Jean-Marc Lagoutte (Union des groupements des employeurs mutualistes – UGEM)
  • Trésorier : Jean-Pierre Azaïs (Confédération générale des Scop – CGSCOP)
Alors que s’ouvre aujourd’hui la négociation entre les partenaires sociaux sur la formation professionnelle, l’UDES entend contribuer au débat pour une réforme ambitieuse et tirer les enseignements de la précédente réforme de 2009.
 
La loi sur la formation professionnelle du 24 novembre 2009 a mis en place un certain nombre de mesures dont :
  • La réforme du réseau des OPCA. Les collecteurs agréés suite à cette loi sont entrés dans une phase de fonctionnement stabilisé. 

Le 5 septembre 2013, Alain Cordesse a été élu à la présidence de l’UDES  à l’unanimité par les membres du Conseil d’administration de l’Union. Président de « l’ex-Usgeres » depuis 2005, il entame un mandat de deux ans à la tête de la nouvelle Union.

Alain Cordesse est Vice-président national chargé de l’économie sociale au sein de la Ligue de l’enseignement ainsi que Vice-président du Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire (CSESS). Il est également, au nom des employeurs, Vice-président du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (Ceges).

L’UDES prend acte du projet de réforme des retraites annoncé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 27 août dernier, à l’issue de deux journées de concertation avec les syndicats et le patronat. L’Union s’interroge sur le coût de cette réforme, financée en partie par les entreprises dans un contexte économique difficile, et sur sa viabilité à long terme pour assurer un financement pérenne pour les jeunes générations.

L'Usgeres devient l’UDES (union des employeurs de l’économie sociale et solidaire) suite à l’adoption d’une évolution de ses statuts, en Assemblée Générale Extraordinaire, le 24 juin dernier.

L'Usgeres se félicite de sa participation, comme l’an passé, à la Grande conférence sociale pour l’emploi. Elle prendra part aux tables rondes « Mobiliser pour l'emploi et la formation professionnelle » et « Développer les filières et anticiper les emplois de demain ». Elle associera le Synéas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale) à la table ronde sur l’emploi et la formation professionnelle.

Pages

Subscribe to RSS - Actualités