Actualités

En vertu de la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, le CSESS est chargé d’établir, tous les trois ans, un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’ESS et de formuler des propositions pour : assurer l’égalité professionnelle dans l’ESS, en permettant notamment une meilleure articulation entre la vie personnelle et professionnelle des salarié.e.s ; favoriser l’accès des femmes à tous les postes de responsabilité, de dirigeant.e.s salarié.e.s comme de dirigeant.e.s élu.e.s ; assurer la parité entre les femmes et les hommes dans toutes les instances élues des entreprises de l’ESS.

Pôle emploi et l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) ont signé ce jeudi 9 mars une convention pour la période 2017-2020. Elle vise à associer les compétences et le savoir-faire des deux organisations pour concourir aux objectifs prioritaires consistant à : 
- Renforcer la visibilité, l’attractivité des métiers de l’ESS auprès des demandeurs d’emploi et présenter ses opportunités d’emploi ;
- Accompagner les employeurs de l’ESS dans leurs opérations de recrutement. 
 
Ce partenariat vise également à répondre aux enjeux liés aux besoins de recrutement et de professionnalisation des salariés de l’ESS. Il s’articule autour des 5 axes de collaboration suivants :

L’UNAPL, la FNSEA et l’UDES, organisations patronales représentatives au niveau multiprofessionnel, ont adressé vendredi 10 février une lettre commune aux candidats à l’élection présidentielle afin de les appeler à renforcer leur participation à l’ensemble des instances du dialogue social national.
 
En effet, les entreprises que représentent ces trois organisations, des PME et TPE, représentent près de 30% de l’économie de ce pays et contribuent activement à l’emploi et la cohésion sociale dans les territoires. Si la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a reconnu une représentativité multiprofessionnelle à ces trois organisations, en revanche, l’UNAPL, la FNSEA et l’UDES déplorent leur mise à l’écart trop fréquente des projets sociaux gouvernementaux et des négociations nationales.

Trois ans après la première édition, CHORUM, la mutuelle de protection sociale complémentaire des acteurs de l’ESS - et partenaire de l'UDES - renouvelle son baromètre sur la QVT dans l’économie sociale et solidaire. L’enquête, réalisée avec l’appui de l’institut de sondage CSA, s’est déroulée tout au long du mois d’octobre dernier avec pour objectif de mesurer l’évolution entre 2013 et 2016 de la perception de la QVT dans les organisations de l’économie sociale et solidaire. 6243 salariés et dirigeants se sont exprimés.
L’UDES  diffuse un manifeste « Pour une économie citoyenne. L’économie sociale et solidaire face au défi numérique », un ouvrage publié aux Petits Matins par Hugues Vidor, Président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire et Sébastien Darrigrand, Délégué général.
 
La « nouvelle économie », ou économie numérique, n’est pas forcément synonyme de destructions d’emplois ni d’« ubérisation » de la société ! Les acteurs de l’économie sociale et solidaire entendent le démontrer. 

Dans le prolongement de sa contribution pour une économie citoyenne, à travers la publication d’un manifeste et de 60 propositions dans la cadre de l’élection présidentielle, l’UDES lance aujourd’hui sa plateforme « ESS 2017 », qui vise à remettre les entreprises de l’économie sociale et solidaire au cœur du débat. 

Pour l’UDES, ce mandat aura été globalement positif pour l’économie sociale et solidaire et ses employeurs.
 
Le secteur a pris une dimension nouvelle grâce à deux lois fondatrices : celle du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire et celle du 5 mars 2014 relative à l’emploi, la formation professionnelle et la démocratie sociale.

Les Sages ont jugé contraire à la Constitution l’article 32 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017 qui prévoyait une clause de co-désignation pour les accords collectifs complémentaires d'entreprise en matière de prévoyance. 
 
Ces derniers ont estimé que cette mesure avait « un effet trop indirect sur les recettes des régimes obligatoire de base ou des organismes concourant à leur financement ».

Hugues Vidor, Président de l'UDES, Sébastien Darrigrand, Délégué général, les membres du Conseil d'administration et toute l'équipe de l'UDES vous présentent leurs meilleurs voeux !

 

L’UDES, en tant qu’organisation patronale multi-professionnelle de l’économie sociale et solidaire en France, a jugé important d’apporter sa contribution à la consultation publique lancée par la Commission européenne sur le projet de socle européen des droits sociaux. Les employeurs de l’économie sociale et solidaire, de par les activités et les initiatives qu’ils défendent et les principes qu’ils promeuvent (équité, réciprocité, responsabilité, utilité sociale, développement durable), souhaitent en effet être une source de propositions au sein des réflexions menées actuellement au niveau européen sur les questions d’ordre social.
 
L’UDES estime à ce titre que le projet de socle européen des droits sociaux peut permettre de réhabiliter et de relancer une véritable Europe sociale depuis trop longtemps ajournée. Pour l’UDES, la crise de légitimité et de défiance des citoyens, que traverse actuellement l’Union européenne n’est pas inéluctable et peut trouver une réponse au moyen d’un réinvestissement des questions liées au travail, à l’emploi et, plus particulièrement, au dialogue social.

Pages

Subscribe to RSS - Actualités