Actualités

Mardi 30 mai, une délégation de l’UDES, emmenée par son président Hugues Vidor, a rencontré Edouard Philippe, Premier ministre et Muriel Pénicaud, Ministre du Travail.
 
Cet échange a permis à l’UDES de soutenir un positionnement fort de l'économie sociale et solidaire dans l'organigramme gouvernemental, de faire valoir les attentes du secteur en termes notamment de représentativité et de financement ainsi que ses propositions relatives au marché du travail, à la formation professionnelle et au dialogue social (Retrouvez ici les positionnements et propositions clés de l'UDES).

Dans un courrier commun adressé au Président de la République le 23 mai, la FNSEA, l’UDES et l’UNAPL appellent le gouvernement à consulter les trois organisations multiprofessionnelles dans le cadre des travaux qui seront engagés autour de la réforme du travail. 
 
Ces dernières entendent être partie prenante de ces consultations afin que les employeurs des secteurs de l’agriculture, de l’économie sociale et solidaire et des professions libérales, qui représentent un très grand nombre d’entreprises et emploient près de 30% des salariés de ce pays, puissent être entendus.

Les Français ont choisi de porter au deuxième tour de l’élection présidentielle deux candidats aux projets très différents. C'est un vrai choix de société auquel nos concitoyens seront confrontés.
 
L'UDES, organisation professionnelle non partisane, veut rappeler les valeurs qui sont les siennes afin qu'elles soient promues à l’occasion de ce second tour puis par le.la futur.e Président.e de la République: Equité, Solidarité, Réciprocité, Responsabilité, Utilité sociale et Développement Durable. Ces principes s’inscrivent dans une gouvernance collective, par l’engagement de l'ensemble des parties prenantes.

Entre avril 2016 et janvier 2017, l’UDES et le Mouvement associatif ont chargé le cabinet KPMG de mener une étude pour apporter des éléments de réponse sur ce sujet hautement stratégique pour le monde associatif. Cette étude qualitative, menée auprès de 50 acteurs de terrain, a été suivie d’une enquête prospective auprès du monde associatif qui a recueilli près de 1 000 réponses.
 
Fortes de 1,8 million de salariés et de ressources financières estimées à 94 milliards d’euros, les entreprises associatives sont parties prenantes de l’emploi, de la croissance et du lien social en France.

Après une première enquête en 2008, l’UDES publie une deuxième édition du baromètre social dans les entreprises de l’économie sociale et solidaire en Auvergne-Rhône-Alpes. Le but de cette enquête : interroger, qualifier et suivre les évolutions des pratiques sociales au sein des structures de l’économie sociale et solidaire.

En vertu de la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, le CSESS est chargé d’établir, tous les trois ans, un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’ESS et de formuler des propositions pour : assurer l’égalité professionnelle dans l’ESS, en permettant notamment une meilleure articulation entre la vie personnelle et professionnelle des salarié.e.s ; favoriser l’accès des femmes à tous les postes de responsabilité, de dirigeant.e.s salarié.e.s comme de dirigeant.e.s élu.e.s ; assurer la parité entre les femmes et les hommes dans toutes les instances élues des entreprises de l’ESS.

Pôle emploi et l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) ont signé ce jeudi 9 mars une convention pour la période 2017-2020. Elle vise à associer les compétences et le savoir-faire des deux organisations pour concourir aux objectifs prioritaires consistant à : 
- Renforcer la visibilité, l’attractivité des métiers de l’ESS auprès des demandeurs d’emploi et présenter ses opportunités d’emploi ;
- Accompagner les employeurs de l’ESS dans leurs opérations de recrutement. 
 
Ce partenariat vise également à répondre aux enjeux liés aux besoins de recrutement et de professionnalisation des salariés de l’ESS. Il s’articule autour des 5 axes de collaboration suivants :

L’UNAPL, la FNSEA et l’UDES, organisations patronales représentatives au niveau multiprofessionnel, ont adressé vendredi 10 février une lettre commune aux candidats à l’élection présidentielle afin de les appeler à renforcer leur participation à l’ensemble des instances du dialogue social national.
 
En effet, les entreprises que représentent ces trois organisations, des PME et TPE, représentent près de 30% de l’économie de ce pays et contribuent activement à l’emploi et la cohésion sociale dans les territoires. Si la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale a reconnu une représentativité multiprofessionnelle à ces trois organisations, en revanche, l’UNAPL, la FNSEA et l’UDES déplorent leur mise à l’écart trop fréquente des projets sociaux gouvernementaux et des négociations nationales.

Trois ans après la première édition, CHORUM, la mutuelle de protection sociale complémentaire des acteurs de l’ESS - et partenaire de l'UDES - renouvelle son baromètre sur la QVT dans l’économie sociale et solidaire. L’enquête, réalisée avec l’appui de l’institut de sondage CSA, s’est déroulée tout au long du mois d’octobre dernier avec pour objectif de mesurer l’évolution entre 2013 et 2016 de la perception de la QVT dans les organisations de l’économie sociale et solidaire. 6243 salariés et dirigeants se sont exprimés.
L’UDES  diffuse un manifeste « Pour une économie citoyenne. L’économie sociale et solidaire face au défi numérique », un ouvrage publié aux Petits Matins par Hugues Vidor, Président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire et Sébastien Darrigrand, Délégué général.
 
La « nouvelle économie », ou économie numérique, n’est pas forcément synonyme de destructions d’emplois ni d’« ubérisation » de la société ! Les acteurs de l’économie sociale et solidaire entendent le démontrer. 

Pages

Subscribe to RSS - Actualités