Espace Presse

À l’occasion du Bureau de l’UDES du 15 octobre dernier, les membres de l’Union ont nommé le Secrétaire général, le Trésorier ainsi que 3 vice-présidents en charge de l’emploi et du dialogue social, de la formation professionnelle et des régions. Le Président Alain Cordesse avait été élu lors du Conseil d’administration du 5 septembre dernier et Sébastien Darrigrand confirmé en tant que Délégué général de l’Union.
 
Les responsabilités s’organisent comme suit :
  • Secrétaire général : Jean-Marc Lagoutte (Union des groupements des employeurs mutualistes – UGEM)
  • Trésorier : Jean-Pierre Azaïs (Confédération générale des Scop – CGSCOP)
Alors que s’ouvre aujourd’hui la négociation entre les partenaires sociaux sur la formation professionnelle, l’UDES entend contribuer au débat pour une réforme ambitieuse et tirer les enseignements de la précédente réforme de 2009.
 
La loi sur la formation professionnelle du 24 novembre 2009 a mis en place un certain nombre de mesures dont :
  • La réforme du réseau des OPCA. Les collecteurs agréés suite à cette loi sont entrés dans une phase de fonctionnement stabilisé. 

Le 5 septembre 2013, Alain Cordesse a été élu à la présidence de l’UDES  à l’unanimité par les membres du Conseil d’administration de l’Union. Président de « l’ex-Usgeres » depuis 2005, il entame un mandat de deux ans à la tête de la nouvelle Union.

Alain Cordesse est Vice-président national chargé de l’économie sociale au sein de la Ligue de l’enseignement ainsi que Vice-président du Conseil Supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire (CSESS). Il est également, au nom des employeurs, Vice-président du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Economie Sociale (Ceges).

L’UDES prend acte du projet de réforme des retraites annoncé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le 27 août dernier, à l’issue de deux journées de concertation avec les syndicats et le patronat. L’Union s’interroge sur le coût de cette réforme, financée en partie par les entreprises dans un contexte économique difficile, et sur sa viabilité à long terme pour assurer un financement pérenne pour les jeunes générations.

L'Usgeres devient l’UDES (union des employeurs de l’économie sociale et solidaire) suite à l’adoption d’une évolution de ses statuts, en Assemblée Générale Extraordinaire, le 24 juin dernier.

L'Usgeres se félicite de sa participation, comme l’an passé, à la Grande conférence sociale pour l’emploi. Elle prendra part aux tables rondes « Mobiliser pour l'emploi et la formation professionnelle » et « Développer les filières et anticiper les emplois de demain ». Elle associera le Synéas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale) à la table ronde sur l’emploi et la formation professionnelle.

L'Usgeres a remis à Michel Sapin, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, ses propositions sur les critères de mesure de la représentativité patronale, lors d’une rencontre au ministère, organisée le 30 mai 2013, dans le cadre de la préparation de la Grande conférence sociale pour l’emploi.

Hugues Vidor, Vice-président de l’Usgeres, en charge du dialogue social, a été nommé membre du Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE) par arrêté du Premier ministre en date du 17 avril 2013. 
 
L’Usgeres se félicite de cette nomination qui doit permettre la prise en compte, au sein du COE, des spécificités de l’économie sociale et solidaire en matière d’emploi. En effet, le secteur se caractérise notamment par : 
  • un poids prépondérant de l’emploi associatif ;
  • des structures majoritairement de petite taille ;
  • une socio-démographie des salariés spécifique : une forte féminisation, des enjeux liés à la gestion des âges (plus d’un salarié sur quatre devrait prendre sa retraite d’ici à 2020), la présence importante de métiers réglementés ;
L’Usgeres et le Syneas (Syndicat des employeurs associatifs de l’action sociale et médico-sociale) ont lancé des travaux devant aboutir, avant l’été 2013, à la création d’une union des syndicats d’employeurs de l’économie sociale et solidaire.
 
L’objectif : représenter l’ensemble du champ de l’économie sociale et solidaire.
 
Les deux organisations, qui collaborent depuis la première conférence sociale du mois de juillet 2012, au cours de laquelle elles ont porté une parole commune, ont décidé d’unir leurs efforts pour élaborer ensemble les contours de cette union qui fédérera la grande majorité des syndicats d’employeurs associatifs, coopératifs et mutualistes.
 
L’Usgeres, soucieuse des conséquences de certaines dispositions de l’article 8  du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi relatif au temps partiel, a adressé aux députés, le 19 mars et aux sénateurs de la commission des affaires sociales, le 5 avril dernier, des propositions d’amendements. 
 
Les partenaires sociaux signataires de l’ANI de 11 janvier 2013 ont souhaité mettre en place une durée minimale de temps partiel de 24h dans les entreprises. Cette mesure parait légitime dans la période actuelle de crise économique et de tension sur l’emploi. 
 

Pages

Subscribe to RSS - Espace Presse