Espace Presse

L’UDES et les représentants des organisations syndicales de salariés se sont rencontrés pour une première réunion de négociation sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’économie sociale et solidaire (ESS). L’ouverture de cette négociation fait suite à la signature, par l’UDES et 4 confédérations syndicales de salariés (CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO), d’un texte de concertation sur le sujet, le 25 mars dernier. Cette négociation devrait aboutir à la signature d’un accord à l’été 2015.

Le Gouvernement a décidé de mettre un terme aux grandes Conférences sociales qui réunissaient chaque année depuis 2012, l’ensemble des acteurs sociaux, syndicats de salariés et organisations patronales, pour les remplacer par des conférences thématiques. Ce vendredi 3 avril, se tiendra la première d’entre elle, sur le bilan de la loi du 14 juin 2013  sur la sécurisation de l’emploi. Elle sera pilotée par les ministres du Travail et de l’Économie.

Le Conseil d’administration de l’UDES s’est réuni le jeudi 26 mars 2015 et a accepté, à l’unanimité, la demande d’adhésion de la fédération nationale Familles rurales. L’UDES rassemble désormais 29 groupements et syndicats d’employeurs de l’économie sociale et solidaire. 
 
Familles Rurales est le premier Mouvement familial de France et regroupe 170 000 familles adhérentes. Il est composé de 2 300 associations locales réparties dans 10 000 communes, de 94 fédérations régionales, départementales et nationale et compte 40 000 bénévoles et 13 000 salariés qui animent le réseau.

Le gouvernement souhaite renforcer le nombre d’emplois d’avenir. L’UDES salue la programmation des 50 000 nouveaux emplois d’avenir annoncés dans le cadre de la loi de finances 2015. Cependant, l’UDES, qui précise que l’ESS a déjà embauchée 60 000 jeunes en emplois d’avenir, tire la sonnette d’alarme sur le financement du volet formation desdits contrats, formation qui constitue un véritable gage de réussite et une plus-value pour les jeunes concernés.

La négociation sur la modernisation du dialogue social s’est conclue par un échec. L’UDES, qui a été étroitement associée à l’ensemble de la concertation, le regrette et souhaite que les échanges reprennent et aboutissent.
 
Pour Alain Cordesse « le dialogue social dans les entreprises existe et doit perdurer. Le contexte économique et social ne se prête ni aux postures figées ni à la défense excessive des acquis du passé. Profondément attachée à un dialogue social de qualité, l’UDES appelle de ses vœux la poursuite, par le Gouvernement dans le cadre du projet de loi, de la réflexion entamée par les partenaires sociaux, vers un compromis durable et basé sur l’innovation et la confiance ».

A l’occasion de la formulation des vœux du Président au Conseil d’Administration du 22 janvier, les grandes lignes de la feuille de route 2015 de l’UDES ont été tracées.
 
Pour Alain Cordesse, Président de l’UDES, « l’année 2014, aura été celle de la reconnaissance, une reconnaissance fondée sur l’adoption de deux lois structurantes pour le secteur de l’économie sociale et solidaire et ses employeurs : la loi  du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle, l’emploi et le dialogue social et celle sur l’économie sociale et solidaire votée en juillet. De réelles avancées se sont faites au profit du secteur et l’UDES veillera à les défendre notamment dans le cadre de l’agenda des réformes annoncées par le Premier ministre fin 2014 »

 

En 2015, l’UDES sera particulièrement vigilante sur les points suivants :

L’attentat qui a coûté la vie à 12 personnes et causé de nombreux blessés ce mercredi 7 janvier dans les locaux du journal Charlie Hebdo est une attaque abjecte, préméditée et sans précédent contre la presse libre et indépendante et donc les fondements même de notre démocratie.
 
L’UDES se joint à la nation toute entière pour manifester son soutien aux familles de toutes les victimes qui ont été fauchées dans l’exercice de leurs fonctions au service du bien commun.

L’ESS compte aujourd’hui près de 223 000 organisations employeuses et 2,3 millions de salariés, soit 10% de l’emploi en France et 14% de l’emploi privé. 78% des emplois de l’ESS se situent dans les associations, dont certains secteurs ont particulièrement souffert ces trois dernières années (enseignement, culture, aide et soins à domicile). Or, le Gouvernement ne semble pas prendre en compte les difficultés rencontrées par de nombreuses entreprises de l’économie sociale et solidaire, pourvoyeuses d’emplois de proximité non délocalisables.
 
A une semaine de la mobilisation des chefs d’entreprise pour la croissance et l’emploi, l’UDES, à l’instar des autres organisations patronales, demande que le Gouvernement soit attentif aux problématiques et propositions des employeurs qu’elle rassemble.

Le Conseil d’administration de l’UDES s’est réuni aujourd’hui et a accepté, à l’unanimité, la demande d’adhésion de la fédération UNICANCER (Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer). Elle rejoint le SYNEAS, la FEGAPEI et la Croix-Rouge dans le groupe rassemblant les employeurs des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux à but non lucratif. L’UDES rassemble désormais 28 groupements et syndicats d’employeurs (associations, mutuelles, coopératives).

Suite au rapport parlementaire sur le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) des députés Olivier Carré et Yves Blein et dans le cadre du projet de loi de finances 2015, l’UDES propose la création d’un CICE bénéficiant aux entreprises non lucratives s’acquittant de l’impôt sur les sociétés à taux réduit. 
 
Auditionnée dans le cadre de la mission d’information parlementaire sur le CICE le 11 septembre dernier, l’UDES a une nouvelle fois alerté les parlementaires sur les effets néfastes de ce dispositif, notamment en matière d’emploi, dans le secteur associatif.

Pages

Subscribe to RSS - Espace Presse